Essais

Dissiper les idées fausses

Dans cet essai, la Vénérable Yvonette Gonçalves (Shakuni Joko), du Temple Otani-ha Nambei Higashi Honganji de São Paulo, nous propose de dissiper un certain nombre de nos idées fausses sur le bouddhisme.


Dissiper les idées fausses

Si vous voulez des miracles, ne cherchez pas le bouddhisme. Le miracle suprême du bouddhisme se trouve dans le simple fait de laver votre vaisselle après chaque repas.

Si vous voulez guérir votre corps physique, ne cherchez pas le bouddhisme. Le bouddhisme guérit seulement votre mental de l’ignorance, de la colère et de la haine.

Si vous souhaitez trouver un emploi ou à améliorer votre situation financière, ne cherchez pas le bouddhisme. Vous serez déçu parce qu’il vous apprendra à avoir du recul par rapport aux biens matériels. Attention cependant à ne pas confondre le détachement avec le renoncement.

Si vous voulez obtenir des pouvoirs surnaturels, ne cherchez pas le bouddhisme. Pour le bouddhisme, la plus grande puissance surnaturelle est de triompher de l’égo.

Si vous voulez triompher de vos ennemis, ne cherchez pas le bouddhisme. Pour le bouddhisme, le seul triomphe qui compte est celui de l’homme sur lui-même.

Si vous voulez la vie éternelle dans un paradis de félicité, ne cherchez pas le bouddhisme. Le bouddhisme va tuer votre égo ici et maintenant.

Si vous souhaitez flatter votre ego avec le pouvoir, la gloire, les louanges ou d’autres avantages, ne cherchez pas le bouddhisme. La maison du Bouddha n’est pas là pour flatter votre égo.

Si vous voulez une protection divine, ne cherchez pas le bouddhisme. Il lui va vous apprendre que vous ne pouvez compter que sur vous-même.

Si vous voulez un chemin vers Dieu, ne cherchez pas le bouddhisme. Il vous jettera dans le vide.

Si vous voulez que quelqu’un vous pardonne vos défauts, en vous laissant libre de répéter les mêmes erreurs encore et encore, ne cherchez pas le bouddhisme. Il va vous enseigner la loi implacable des causes et de leurs effets et la nécessité de l’auto-critique ainsi que de l’introspection.

Si vous voulez des réponses simples et faciles à vos questions existentielles, ne cherchez pas le bouddhisme. Il va accroître vos doutes.

Si vous désirez adhérer à une croyance aveugle, ne cherchez pas le bouddhisme. Il va vous apprendre à penser par vous-même.

Si vous pensez que la vérité est dans les Écritures, ne cherchez pas le bouddhisme. Il vous dira que le papier n’a d’autre utilité que d’aider au nettoyage des déchets accumulés dans votre intellect.

Si vous voulez savoir la vérité sur les soucoupes volantes ou sur la civilisation de l’Atlantide, ne cherchez pas le bouddhisme. Il vous révélera seulement la vérité sur vous-même.

Si vous voulez communiquer avec les esprits, ne cherchez pas le bouddhisme. Il ne peut que vous apprendre à communiquer avec votre véritable soi.

Si vous souhaitez connaître vos incarnations passées, ne cherchez pas le bouddhisme. Il ne peut vous montrer que votre misère actuelle.

Si vous voulez connaître l’avenir, ne cherchez pas le bouddhisme. Il vous dira plutôt de surveiller vos pieds lorsque vous marchez.

Si vous voulez entendre de belles paroles, ne cherchez pas le bouddhisme. Il a seulement le silence à offrir.

Si vous voulez être sérieux et sévère, ne cherchez pas le bouddhisme. Il va vous apprendre à jouer et à vous amuser.

Si vous voulez jouer et vous amuser, ne cherchez pas le bouddhisme. Il va vous apprendre à être sérieux et austère.

Si vous voulez vivre, ne cherchez pas le bouddhisme, car il va vous apprendre à mourir.

Si vous voulez mourir, ne cherchez pas le bouddhisme, car il va vous apprendre à vivre.


Traduction réalisée par le Révérend Jean-Jacques Algieri (Shaku Tetsuji) et autorisée par la Vénérable Yvonette Gonçalves (Shakuni Joko), du Temple Otani-ha Nambei Higashi Honganji de São Paulo, Brésil.

Photo et biographie de la Vénérable Yvonette Gonçalves fournies par le Vénérable Ricardo Mario Gonçalves

Pour partager cet article

Née à Campina Grande au nord-est du Brésil en 1925, elle a travaillé comme secouriste médical en tant que sage-femme dans plusieurs régions du pays, ayant effectué plus de 5 000 accouchements. Elle débute son étude du bouddhisme en 1970 à Rio de Janeiro selon l’école Theravada avec Bikkhu T. Anurudha. À partir de 1974, elle commence à étudier le bouddhisme Jōdo Shinshū. En 1984, elle reçoit son ordination au tant que ministre du Dharma par l'Ordre du bouddhisme Jōdo Shinshū à Kyoto, au Japon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.