Rainbow Sanga
Essais

Bouddhisme et LGBT+

Peut-on dire qu’être LGBT+ est une question de Karma ?

Je souhaitais partager avec vous une petite réflexion sur le fait d’être LGBT+ d’un point de vue bouddhiste, en réponse à ceux qui affirment qu’il s’agit d’une question du Karma.

Traditionnellement, la création de karma nécessite la présence de trois éléments : une cause, une condition et une volonté. C’est le principe de la loi des Douze Liens d’Origine Dépendante (ou Coproduction Conditionnée), le principe qui définit comment tous les êtres / phénomènes apparaissent, se développent et disparaissent.

Être gay n’est pas un choix, ni une option. Si tel était le cas, il serait facile de choisir de ne pas vouloir souffrir, sachant qu’être LGBT+ dans ce monde a toujours été un défi âpre et cruel. Le désir du même sexe (différent ou trans) s’exprime spontanément, se manifestant chez l’individu sans choix conscient. Donc ce qui manque pour définir l’homosexualité comme étant karmique, c’est la volonté, parce qu’il n’y a pas d’intention d’être gay, tout comme il n’y a pas d’intention d’être noire, blanche, grande, petite… parce qu’il y a de multiples causes et conditions qui les définissent. Est-ce que quelqu’un peut choisir volontairement de naître tel qu’il/elle est ? Je ne pense pas. La volonté étant absente, le fait d’être gay ne peut donc pas être considéré comme karmique.

En revanche, le comportement de chacun face aux personnes LGBT+ peut entraîner la création de karmas, bénéfiques ou négatifs, susceptibles de générer du bonheur ou de la souffrance pour les autres mais aussi pour soi-même. Ainsi, si être LGBT+ n’est pas karmique, être homophobe l’est. Car être homophobe est un choix, qui porte en lui la haine et une volonté de nuire, et qui a donc des conséquences karmiques.

Le jour où la science prouvera qu’il existe des causes génétiques qui définissent le désir indépendamment du sexe biologique, nous verrons de nombreux discours religieux s’effondrer. Le but ici n’est pas de confronter ou de valider la manière dont les autres religions définissent l’être humain, mais le bouddhisme se distingue des récits occidentaux par une analyse systémique plutôt que par un récit créationniste. La qualité morale n’a aucune influence sur l’atteinte de l’illumination car nous vivons tous dans le samsara, le monde de Saha, de la souffrance. Le fait que vous soyez hétéro ou LGBT+ n’a aucun impact sur votre potentiel à atteindre l’illumination !

Pour partager cet article

Le révérend Jean Tetsuji est prêtre dans la branche Ōtani du Bouddhisme Jōdo Shinshū au Brésil. Il est également très souvent présent en France et parle français. Il est le fondateur d'une Sanga LGBT+ au Brésil, la Rainbow Sanga : https://www.facebook.com/budismolgbt/

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.