Le Bouddha Amida
Shinran Shōnin,  Shōshinge,  Traductions

Shōshinge – Quatrième Stance : la lumière du Bouddha Amida

Sur les qualités de la lumière du Bouddha Amida

Introduction

Le Shōshin Nembutsu Ge (正信念佛偈 – le poème sur la croyance véritable dans le Nembutsu) souvent abrégé Shōshinge est un poème long de 30 stances qui est récité tous les jours dans les temples Jōdo Shinshū. Il est extrait du Kyōgyōshinshō (教行信証), l’œuvre majeure de Shinran (親鸞, 1173 – 1262), le fondateur de notre école Jōdo Shinshū.
Dans cette quatrième stance, Shinran détaille les qualités de Lumière du Bouddha Amida.


Quatrième stance du Shōshinge – Traduction

(4) Lumière de pureté, de joie et de sagesse,

清淨歡喜智慧光 – Shō jō kan gi chi e kō

Lumière incessante, inconcevable et ineffable,

不斷難思無稱光 – Fu dan nan ji mu shō kō

Lumière surpassant le soleil et la lune qu’il répand, éclairant une infinité de mondes,

超日月光照塵刹 – Chō nichi gak kō shō jin setsu

Recouvrant la multitude des êtres.

一切群生蒙光照 – Is sai gun jō mu kō shō


Quatrième stance du Shōshinge – Commentaire : les qualités de la lumière du Bouddha Amida

Nous avons vu dans le commentaire de la stance précédente que la Lumière est une des causes que Dharmākara a sélectionnées dans le « Grand Soutra de Vie-Infinie » afin de bénéficier à tous les êtres. Dans cette nouvelle stance, Shinran réaffirme et insiste sur ce fait en précisant bien que cette Lumière émise par Amida éclaire l’ensemble des mondes et qu’elle recouvre tous les êtres. Ainsi tout le monde peut profiter de ses bienfaits, personne n’est exclu ou rejeté.

Il est intéressant de noter que pour Shinran, la Lumière n’est pas qu’une des caractéristiques du Bouddha, le Bouddha lui-même est Lumière. En cela le fondateur de notre école s’écarte des descriptions physiques du Bouddha données dans des soutras tels que le « Soutra des contemplations du Bouddha Vie-Infinie » (観無量寿経). Pour lui, ces descriptions forment un enseignement temporaire, tout comme le sont les descriptions de la Terre Pure dans ce même Soutra. Ainsi, Shinran dit dans son paragraphe d’introduction au chapitre sur le vrai Bouddha et la vrai Terre Pure de son ouvrage maitre le Kyōgyōshinshō :

Contemplant avec révérence le vrai Bouddha et la vrai Terre [Pure], je comprends que le Bouddha est l’Ainsi-Venu de Lumière inconcevable et que la Terre [Pure] est également la Terre de Lumière infinie. Parce qu’ils proviennent de l’accomplissement des vœux de Grande Compassion, on parle de la Vrai Terre [Pure] et du Vrai Bouddha parfaitement réalisés. 

Il dit également dans son commentaire à l’ouvrage de Ryūkan « notes sur l’appel unique et l’appel multiple [du Nom du Bouddha] » :

A partir de l’océan du trésor de l’unicité, une forme s’est manifestée, prenant le nom de Bodhisattva Dharmākara, qui, par l’établissement de ses vœux sans-limites, devint le Bouddha Amida. C’est pour cela qu’Amida est l’Ainsi-Venu au Corps Parfaitement réalisé. Amida est également appelé “Bouddha à la lumière sans-limite remplissant les dix directions”. Cet Ainsi-Venu est aussi connu sous le nom “Namu – Bouddha à la lumière inconcevable” et est le Corps de la Loi en tant que moyens compatissants.

Les moyens compatissants désignent le fait de manifester une forme, révéler un nom et se faire connaitre auprès des êtres sentients. [Ces moyens compatissants] désignent le Bouddha Amida. Cet Ainsi-Venu est Lumière. La Lumière n’est rien d’autre que la sagesse, la sagesse étant la forme de la lumière. La Sagesse est, de plus, sans forme, ainsi cet Ainsi-Venu est le Bouddha à la lumière inconcevable. Cet Ainsi-Venu remplit les mondes sans-limites des dix directions et, en conséquence,  est appelé Bouddha à la lumière sans-limite. »

Les qualificatifs qu’utilise Shinran pour décrire la Lumière du Bouddha dans cette stance sont basés sur les « Gathas louant le Bouddha Amida » du patriarche Chinois de la Terre Pure Tanluan (Donran, 曇鸞). Shinran lui-même décrit plus en détails chacun de ces qualificatifs dans un autre de ses poèmes : « Hymnes sur la Terre Pure ». Il les détaille également dans un de ses courts textes nommé « les vertus du nom de l’Ainsi-Venu Amida ».

Cette Lumière du Bouddha est inconcevable et ineffable car elle transcende complètement les qualités du monde dans lequel nous vivons. En tant qu’être humain nous ne pouvons ni la concevoir entièrement ni même la décrire de façon exhaustive car nos capacités sont trop limitées. Et c’est justement sa perfection transcendante qui nous rend apparent nos propres limites et travers. Lorsque nous nous en remettons à cette Lumière de pureté, nos propres défauts deviennent apparents et dans le même temps nous savons que nous sommes embrassés tels que nous sommes par cette Compassion qui brille sur nous continuellement. Cette acceptation inconditionnelle de nous-même par cette force qui nous dépasse combinée à la mise en perspective de nos défauts nous pousse à vouloir devenir meilleur pour le bien de tous les êtres. Petit à petit, à mesure que nous nous en remettons à elle, les qualités de cette Lumière de Sagesse et de Compassion imprègnent notre inconscient et nous transforment de l’intérieur.

Troisième Stance du ShōshingeCinquième Stance du Shōshinge

Pour partager cet article

Bouddhiste Jōdo Shinshū basé en Franche-Comté qui souhaite partager avec vous sa passion pour cette tradition méconnue du Bouddhisme Japonais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.