Donran
Shinran Shōnin,  Shōshinge,  Traductions

Shōshinge – Dix-neuvième Stance : Tanluan

Une biographie de Tanluan, le premier patriarche chinois du Jōdo Shinshū

Introduction

Le Shōshin Nembutsu Ge (正信念佛偈 – le poème sur la croyance véritable dans le Nembutsu) souvent abrégé Shōshinge est un poème long de 30 stances qui est récité tous les jours dans les temples Jōdo Shinshū. Il est extrait du Kyōgyōshinshō (教行信証), l’œuvre majeure de Shinran (親鸞, 1173 – 1262), le fondateur de notre école Jōdo Shinshū.
Dans cette dix-neuvième stance, Shinran résume la biographie du premier patriarche chinois du Jōdo Shinshū : Tanluan.


Dix-neuvième stance du Shōshinge – Traduction

(19) Quant à notre maître primordial Tanluan, l’empereur des Liang,

本師曇鸞梁天子 – Hon shi Don ran Ryō ten shi

Toujours tourné dans sa direction, le vénérait comme un bodhisattva.

常向鸞處菩薩禮 – Jō kō Ran sho bosatsu rai

Le maître des Trois Corbeilles Bodhiruci lui transmit les enseignements de la Terre pure,

三藏流支授淨教 – San zō Ryu shi ju jō kyō

Après quoi il brûla ses textes taoïstes et se tourna vers la Terre du Bonheur.

焚燒仙經歸樂邦 – Bon jō sen gyō ki raku hō


Dix-neuvième stance du Shōshinge – Commentaire : Une biographie de Tanluan, le premier patriarche chinois du Jōdo Shinshū

Tanluan (476-542), dont le nom japonais est Donran (曇鸞) est un maitre d’une importance capitale pour Shinran. Troisième patriarche du Jōdo Shinshū et premier de ses patriarches chinois, il est l’auteur d’un commentaire sur le Traité de Vasubandhu, le Ōjōronchū (往生論註). Ce texte est tellement crucial pour Shinran qu’il en cite quarante-six extraits dans son Kyōgyōshinshō. Ainsi il est parfois dit que si Hōnen, le maitre de Shinran, se base principalement sur les enseignements de Shandao (Zendō, 善導), Shinran de son coté est surtout influencé par Vasubandhu et Tanluan.

Cette dix-neuvième stance du Shōshinge est un simple résumé de la biographie de Tanluan et ne contient pas vraiment d’enseignements spécifiques.

D’après ce que nous savons, Tanluan serait devenu moine à l’âge de douze ou treize ans et aurait été exposé jeune aux doctrines bouddhistes autant que taoïstes. Il se serait spécialisé dans l’étude du Soutra du Nirvana (涅槃経) au point d’en devenir un expert. Vers l’âge de 52 ans, il fut reçu par l’empereur Wu-ti (武帝) et lui aurait fait un exposé sur la nature de Bouddha suivant le Soutra du Nirvana. Cet exposé aurait tellement plu à l’empereur que ce dernier se mit à le vénérer comme un bodhisattva.

D’après certaines biographies, il fut pris d’une soudaine maladie dont il guérit mais qui lui fit prendre conscience de la brièveté de sa propre vie. Il se serait mis alors en quête d’enseignements taoïstes lui permettant de prolonger sa vie et aurait rencontré le grand maitre taoïste Tao Hongjing (陶弘景) qui lui donna un texte taoïste en dix fascicules.

Il aurait ensuite rencontré le grand moine et traducteur Bodhiruci, qui est notamment à l’origine de la traduction du Traité de la Terre de Vasubandhu en chinois. Tanluan lui aurait alors demandé s’il connaissait une méthode plus efficace que les enseignements du Taoïsme pour prolonger la vie et vaincre la mort. Bodhiruci, outré par cette question aurait craché par terre et répondu :

 Mais qu’est-ce que tu racontes ? Il n’y a aucune comparaison possible ! Il n’y a rien dans ce pays qui s’approche de près ou de loin d’un quelconque art de la longévité ! Même si tu arrives à prolonger un peu ta vie, ce ne sera que temporairement. Au final tu finiras par retourner dans le cycle des naissances et des morts !

Bodhiruci lui aurait alors confié un texte relatif aux enseignements de la Terre Pure. L’identité du texte en question n’est pas établie. Certains biographes ont parlé du Soutra des Contemplations (観無量寿経), d’autres du Grand Soutra de Vie-Infinie (無量寿経) et d’autres affirment qu’il s’agissait simplement du Traité de Vasubandhu. Dans tous les cas, ce texte eut un tel impact sur Tanluan qu’il aurait décidé après l’avoir lu de brûler les textes taoïstes qu’il avait reçus de Tao Hongjing et de se consacrer à la voie de la Terre Pure.

Dix-huitième Stance du ShōshingeVingtième Stance du Shōshinge
Pour partager cet article

Bouddhiste Jōdo Shinshū basé en Franche-Comté qui souhaite partager avec vous sa passion pour cette tradition méconnue du Bouddhisme Japonais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.