Tanluan
Shinran Shōnin,  Shōshinge,  Traductions

Shōshinge – Vingt-et-unième Stance : Tanluan – atteindre le Nirvāna en ce monde

Tanluan – sur l’identité du cercle des naissances et des morts avec le Nirvāna

Introduction

Le Shōshin Nembutsu Ge (正信念佛偈 – le poème sur la croyance véritable dans le Nembutsu) souvent abrégé Shōshinge est un poème long de 30 stances qui est récité tous les jours dans les temples Jōdo Shinshū. Il est extrait du Kyōgyōshinshō (教行信証), l’œuvre majeure de Shinran (親鸞, 1173 – 1262), le fondateur de notre école Jōdo Shinshū.
Dans cette vingt-et-unième stance, Shinran, en se basant sur le Ōjōronchū (往生論註) de Tanluan, aborde l’identité du cercle des naissances et des morts avec le Nirvāna. Shinjin étant la porte qui nous permet de comprendre cette identité.


Vingt-et-unième stance du Shōshinge – Traduction

(21) Quand les êtres ordinaires confus et impurs réalisent Shinjin

惑染凡夫信心發 – Waku zen bom bu shin jin potsu

Ils réalisent que le cercle des naissances et des morts est identique au Nirvāna.

證知生死即涅槃 – Shō chi shō ji soku ne han

Sans-faute ils atteignent la terre de Lumière Incommensurable

必至無量光明土 – His shi mu ryō kō myō do

Et guident universellement les êtres sentients présents dans toutes les existences.

諸有衆生皆普化 – Sho u shu jō kai fu ke


Vingt-et-unième stance du Shōshinge – Commentaire : Tanluan – sur l’identité du cercle des naissances et des morts avec le Nirvāna

Les deux premiers vers de cette stance sont issus du passage suivant du Ōjōronchū, que Shinran cite deux fois dans son Kyōgyōshinshō, une fois dans le chapitre sur la Réalisation et une fois dans le chapitre sur le vrai Bouddha et la Vrai Terre :

[Le traité de Vasubandhu dit :] Quand je contemple la nature de cette Terre, je vois qu’elle surpasse tous les modes d’existence des trois mondes.

[Et Tanluan commente :] En quoi cela est-il inconcevable ? Quand des hommes ordinaires pleins de passions mauvaises atteignent la naissance dans la Terre Pure, les liens Karmiques des trois mondes ne les entravent plus. C’est-à-dire que sans trancher les passions mauvaises, ils réalisent le Nirvāna. Comment pouvons-nous concevoir cela ?

Pour Shinran, grâce à l’action de la Compassion et de la Sagesse Infinie, nous pouvons réaliser dans notre vie présente l’acte qui nous fera atteindre sans faute l’état de Bouddha. Ainsi, bien que nous soyons toujours des être ordinaires bardés de passions mauvaises, tout en restant dans ce monde avec ses limitations nous sommes assurés d’atteindre l’état de Bouddha. Ce qui revient pour lui au même que de dire que le cercle des naissances et des morts est identique au Nirvāna.

Ce principe est également à l’origine d’une autre théorie importante de Shinran selon laquelle les personnes ayant réalisées Shinjin sont identiques à Maitreya, le prochain Bouddha. Cette théorie est reprise dans de nombreuses lettres écrites par Shinran à ses disciples, comme par exemple dans l’extrait de la lettre suivante écrite à son disciple Shoshin-bo en 1257 :

« Puisque les personnes qui ont réalisé Shinjin demeurent à l’étape des fixés dans le vrai, ils sont à l’étape équivalant à l’Eveil parfait. Dans le Grand Soutra de Vie-Infinie, de ceux qui ont été saisis [par le Bouddha], ceux qu’il n’abandonnera jamais, il est dit qu’ils sont à l’étape des fixés dans le vrai ; et dans le soutra du Tathāgata à la Vie-Infinie, il est dit d’eux qu’ils ont atteint l’étape équivalant à l’Eveil parfait. Bien qu’ils diffèrent, les termes « fixé dans le vrai » et « équivalant à l’Eveil » ont le même sens et indiquent la même étape.

Equivalent à l’Eveil parfait est la même étape que celle de Maitreya, qui sera le prochain à atteindre la bouddhéité. Puisque les personnes ayant atteint Shinjin atteindrons sans faute l’Eveil suprême, on dit d’elles qu’elles sont pareilles à Maitreya.

[…] Puisque Maitreya est déjà proche de la bouddhéité, il est d’usage dans les différentes écoles [du bouddhisme Mahayana] de l’appeler Bouddha Maitreya. Puisque ceux qui font partie du groupe des fixés dans le vrai sont à la même étape que Maitreya, on dit d’eux qu’ils sont équivalents aux Tathāgata. Sache qu’il est possible d’appeler les personnes qui ont réalisé le vrai Shinjin « égales aux Tathāgata » parce que, bien qu’elles soient elles-mêmes impures et génératrices de mauvais Karma, leurs cœurs et leurs esprits sont d’ores et déjà équivalents aux Tathāgata.

[…] Shandao explique que le cœur d’une personne ayant réalisé Shinjin réside d’ores et déjà et pour toujours dans la Terre Pure. « Réside » veut dire que le cœur de cette personne ayant réalisé Shinjin y demeure constamment. Ce qui signifie que cette personne est comme Maitreya. Puisque qu’être à l’étape « équivalant à l’Eveil » est être comme Maitreya, la personne ayant réalisée Shinjin est équivalente aux Tathāgata. »

Dans le vers suivant de cette stance du Shōshinge, Shinran parle de la Terre Pure en tant que Terre de Lumière infinie. Comme discuté dans le commentaire sur la quatrième stance, pour lui la Terre Pure décrite dans le Soutra de Contemplation n’est pas la véritable Terre Pure. La véritable Terre Pure correspond au Nirvāna et est pour Shinran synonyme de lumière. Ainsi, Shinran dit dans son paragraphe d’introduction au chapitre sur le vrai Bouddha et la vrai Terre Pure du Kyōgyōshinshō :

« contemplant avec révérence le vrai Bouddha et la vrai Terre [Pure], je comprends que le Bouddha est l’Ainsi-Venu de Lumière inconcevable et que la Terre [Pure] est également la Terre de Lumière infinie. »

Vingtième Stance du ShōshingeVingt-deuxième Stance du Shōshinge
Pour partager cet article

Bouddhiste Jōdo Shinshū basé en Franche-Comté qui souhaite partager avec vous sa passion pour cette tradition méconnue du Bouddhisme Japonais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.