Essais

Une Sanga sans Sanga ?

Les trois joyaux communs à toutes les écoles Bouddhiques sont le Bouddha, le Dharma et la Sanga.

Le Bouddha pour notre école est représenté d’une part par le Bouddha Shakyamuni, l’enseignant historique à l’origine de toutes les écoles Bouddhiques, mais surtout par le Bouddha Amida, symbole de la Compassion et de la Sagesse Infinie. Par le Nembutsu, la récitation du nom du Bouddha dont le sens premier est commémoration du Bouddha, mais aussi par le biais des images Bouddhiques, nous pouvons interagir avec ce premier trésor qu’est le Bouddha.

Le Dharma est l’ensemble des Enseignements Bouddhiques. De nos jours, même lorsque l’on vit loin d’une communauté Bouddhique il est possible de rentrer en contact avec le Dharma de plusieurs façons. Par exemple il est possible d’étudier grâce à des livres, regarder des conférences sur Internet… Le Dharma est plus facilement accessible de nos jours pour les pratiquants isolés par le biais d’Internet.

La Sanga représente la Communauté des pratiquants. C’est souvent cet aspect des trois joyaux avec lequel le pratiquant isolé a le plus de mal à rentrer en contact. Comment faire partie d’une Communauté lorsqu’il n’y a pas de Temple Jôdo Shinshû à proximité ?
Il existe plusieurs solutions, par exemple : rejoindre une Sanga Online, faire le trajet une ou deux fois dans l’année vers un des temples Jôdo Shinshû en Europe ou participer à un des événements organisés par un de ces temples en France ou en Europe. Il est également possible de participer aux activités d’une autre école Bouddhique qui se trouverait proche de chez vous si vous avez des affinités avec ses enseignements.

Nous avons parfois l’impression que pour avancer sur la voie Bouddhique nous devons nous couper du monde, mais ce n’est pas la voie de notre école. Pour nous qui nous appuyons sur la Compassion et la Sagesse Infinie représentée par le Bouddha Amida, notre vie de tous les jours au milieu de notre famille, de nos amis et de nos collègues, avec ses joies, ses peines et ses tracas est l’endroit où nous pratiquons la voie Bouddhique.
Ceci est valable autant pour les prêtres de notre école qui peuvent avoir une vie de couple, se marier et avoir des enfants, que pour les laïcs. Ainsi, nous nous rendons compte qu’une autre forme de Sanga nous entoure à tout moment sous la forme des personnes de notre entourage. Même si elles ne sont pas elles-mêmes Bouddhistes, même si parfois nous pouvons avoir l’impression qu’elles vont à l’encontre de notre pratique ou nous causent du tort, il faut y voir autant d’occasion de mettre en pratique le message de Compassion et de Sagesse que nous recevons du Bouddha Amida.
En devenant nous-même peu à peu de meilleurs personnes, nous faisons également profiter notre entourage des bienfaits apportés par la Compassion et la Sagesse Absolue en activité dans notre vie.

Shinran Shonin disait par exemple :  

De ce fait, vous ne devez pas dénigrer les enseignements des autres Bouddhas ou des personnes réalisant des actes bénéfiques autres que le Nembutsu. Vous ne devriez pas non plus mépriser les personnes qui déprécient et calomnient les pratiquants du Nembutsu ; au contraire vous devriez éprouver de la compassion pour eux et prendre soins d’eux

Lamp for the Later Ages – Lettre 2

Et Shantideva :

Ainsi, tel un trésor surgi dans ma maison ; sans effort pour l’obtenir ; je dois aimer mon ennemi ; car il m’assiste dans ma carrière vers l’éveil

Vivre en Héros pour l’éveil, ch. La patience, vers 107

En photo, notre Temple Mère (Honzan) le Higashi Honganji à Kyoto

Pour partager cet article

Bouddhiste Jōdo Shinshū basé en Franche-Comté qui souhaite partager avec vous sa passion pour cette tradition méconnue du Bouddhisme Japonais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.