Amida et ses élèves
Shinran Shōnin,  Shōshinge,  Traductions

Shōshinge – Sixième Stance : Amida, les différents Bouddhas et Mappō

Sur la relation entre Amida et les autres Bouddhas et sur Mappō, la période de fin du Dharma

Introduction

Le Shōshin Nembutsu Ge (正信念佛偈 – le poème sur la croyance véritable dans le Nembutsu) souvent abrégé Shōshinge est un poème long de 30 stances qui est récité tous les jours dans les temples Jōdo Shinshū. Il est extrait du Kyōgyōshinshō (教行信証), l’œuvre majeure de Shinran (親鸞, 1173 – 1262), le fondateur de notre école Jōdo Shinshū.
Dans cette sixième stance, Shinran décrit la relation entre le Bouddha Amida et les autres Bouddha – incluant le Bouddha historique Shakyamuni – et parle du Mappō, la période de fin du Dharma.


Sixième stance du Shōshinge – Traduction

(6) L’Ainsi-Venu s’est manifesté dans le monde uniquement

如來所以興出世 – Nyo rai sho i kō shus se

Pour enseigner les vœux d’Amida, vastes comme l’océan.

唯説彌陀本願海 – Yui setsu Mida hon gan kai

L’océan des êtres en cette période mauvaise marquée par les cinq corruptions

五濁惡時群生海 – Go joku aku ji gun jō kai

S’en remet aux paroles de vérité de l’Ainsi-Venu.

應信如來如實言 – Ō shin nyoi rai nyo jitsu gon


Sixième stance du Shōshinge – Commentaire : Sur la relation entre Amida et les autres Bouddhas et sur Mappō, la période de fin du Dharma

Comme nous l’avons vu dans la troisième stance, dans son 17ème vœu Dharmākara proclame que :

Si, lorsque je serai devenu Bouddha, les Bouddhas des dix directions qui sont en nombre incalculable ne prononçaient pas tous mon nom en signe d’approbation, alors que je n’obtienne pas l’Eveil Parfait. 

Mais pour Shinran, la conséquence de ce vœu va encore plus loin. En effet, non seulement les Bouddhas des dix directions, incluant le Bouddha Shakyamuni, approuvent tous le nom d’Amida, mais plus encore, ils font tous de l’enseignement des vœux d’Amida leur enseignement suprême.

Une des raisons expliquant cela est que pour Shinran, le Bouddha Amida n’est pas qu’un Bouddha simplement éveillé depuis dix périodes cosmiques (kalpas) comme le disent les soutras. Pour lui, Amida est un Bouddha Primordial, lui-même à la source de l’éveil de myriades d’autres Bouddhas depuis des temps immémoriaux lesquels, en retour, enseignent à leurs propres disciples la voie de leur maître, le Bouddha Amida.

En effet, dans un autre de ses poèmes, les « Hymnes sur le Grand Soutra », Shinran paraphrase les deux premiers vers de la stance 6 du Shōshinge et écrit dans la stance qui suit :

Il est enseigné que dix kalpas se sont écoulés
Depuis qu’Amida a atteint la Bouddhéité,
Pourtant il semble être un Bouddha plus ancien
Que des kalpas aussi nombreux que les particules.

Pour Shinran, nous vivons à une époque où il est devenu impossible de cultiver la voie Bouddhique et atteindre l’éveil par un autre chemin que celui des vœux du Bouddha Amida. Cette période de fin du Dharma s’appelle « Mappō » et est la troisième des périodes après celles de la Loi correcte « Shōhō » et de la Loi formelle « Zōhō ». Selon cette théorie, les enseignements Bouddhiques perdent peu à peu leur efficacité avec le temps, les capacités des pratiquants déclinant en parallèle. Ce déclin progressif culmine en la période de Mappō où la voie Bouddhique va finir par s’éteindre en attendant l’apparition du prochain Bouddha Maitreya.

Le bodhisattva Maitreya (Miroku Bosatsu - 弥勒菩薩), le futur Bouddha
Maitreya, le futur Bouddha

De ce fait, pour Shinran, la seule solution qu’il nous reste est de nous en remettre au pouvoir de la Compassion et de la Sagesse Absolue symbolisées par le Bouddha Amida. Pour lui, les autres pratiques basées sur notre pouvoir personnel ne sont plus efficaces car les êtres ne sont plus en condition pour réellement se débarrasser eux-mêmes de leur propre égo et de leurs vues fausses.

Shinran propose également de comprendre le Mappō de façon subjective. En effet, il explique dans un autre de ses poèmes « hymnes de la Terre Pure sur les âges de la Loi correcte, de la Loi formelle et de la fin du Dharma », que :

Nous pouvons penser que cet âge appartient à l’âge de la Loi correcte,
Mais au fond de nous, les pires des êtres ignorants,
Il n’y a aucun cœur qui soit pur, juste et vrai,
Comment pourrions-nous générer l’esprit d’éveil ?

Ainsi l’important n’est pas de savoir si nous sommes réellement entrés dans l’âge de Mappō, mais plutôt de connaitre notre propre cœur. En effet, la compassion du Bouddha Amida ne se limite pas à l’âge de la fin du Dharma mais s’adresse en priorité aux êtres incapables de se libérer par eux-mêmes, peu importe l’époque à laquelle ils vivent. Ainsi Shinran dit dans le chapitre VI du Kyōgyōshinshō :

Pleine de compassion et sans aucune discrimination, la vraie essence de la voie de la Terre Pure dirige tous les êtres mauvais et impurs vers l’éveil, peu importe qu’ils vivent à l’époque où le Bouddha était encore en ce monde, aux âges de la Loi correcte, de Loi formelle ou de la fin du Dharma, ou encore au moment où le Dharma sera entièrement éteint. 

A titre d’information, les cinq corruptions dont il est questions dans cette stance et qui sont traditionnellement sensées marquer la période de Mappō sont :

1. l’apparition incessante de calamitées,

2. l’ignorance du principe de la causalité,

3. la prolifération des passions mauvaises,

4. la dégénérescence du cœur et de l’esprit des êtres,

5. la réduction de l’espérance de vie de êtres.

Cinquième Stance du ShōshingeSeptième Stance du Shōshinge
Pour partager cet article

Bouddhiste Jōdo Shinshū basé en Franche-Comté qui souhaite partager avec vous sa passion pour cette tradition méconnue du Bouddhisme Japonais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.